Danse contemporaine, 19.11.2016

Suite aux projets réussis « Dancing Cities » (audition de danse contemporaine en plein air suivie d’un atelier) et « We Almost Forgot » (dernière pièce du chorégraphe nigérian Qudus Onikeku) en juin dernier à Abuja, puis « Le Tour du Monde des danses urbaines » à Lagos et Enugu, l’Institut français du Nigéria continue d’offrir au public nigérian des expériences uniques de danse contemporaine.

En tournée dans 8 Instituts français du Continent africain, Oumaïma et Sifeddine Manai, deux jeunes et talentueux danseurs formés en France, ont présenté leurs dernières créations solo à l’Institut français du Nigeria le samedi 19 novembre 2016 devant un public de 120 personnes.

Oumaima Manai
Le travail dOumaïma est centré sur la féminité, le féminisme et le symbolisme religieux. Elle a joué son dernier solo, NITT 100 Limites, créé en résidence à l’Institut français de Dakar et à l’Institut français de Bamako, qui mélange danse, jeu théâtral et utilisation d’objets (grillage, fil de fer).

Saifeddine Manai
La performance de Saifeddine Manai dans le jardin de l’Institut français, novatrice et empreinte de mystère, a été très appréciée du public invité à suivre le danseur déambulant dans le jardin et jouant avec les éléments présents.

La présence de ce duo de chorégraphes à Abuja a été l’occasion pour les danseurs et chorégraphes locaux de bénéficier d’un atelier de danse contemporaine, mené par Saifeddine Manai en partenariat avec le Krump Dance Studio et Tru Dance Art. La compagnie poursuit actuellement sa tournée à Madagascar.

JPEG

JPEG

Dernière modification : 09/06/2017

Haut de page